ASBD TENNIS DE TABLE LA BRUFFIÈRE
9 rue des salles 85530 LA BRUFFIERE
/
Téléphone

Margot Buchou nouvelle entraîneuse

Bonjour à tous,

 

Je tenais à informer tous les membres de l'ASBD Tennis de Table que nous avons trouvé pour la saison prochaine une entraineuse pour les jeunes.

Ce sera donc Margot Buchou, de St Hilaire de Loulay, qui occupera ce poste. Elle est diplômé pour donner des cours. Elle joue actuellement en Pré-national et compte environ 2000 points à son classement.

 

Sur cette bonne nouvelle pour le club, je vous souhaite de bonnes et agréables vacances.

 

Bonnes Balles.

Sébastien Fonteneau

 

La singularité de Margot Buchou


Portrait. La joueuse de Saint-Hilaire-de-Loulay trouve du plaisir à jouer contre des hommes. Espérant devenir un exemple, Margot Buchou ne manque pas de tempérament pour faire trébucher ses adversaires masculins.

 

Ne cherchez pas le nom de Margot Buchou sur une feuille de rencontre en championnat féminin, il faut plutôt aller voir du côté de l'équipe masculine de Saint-Hilaire-de-Loulay (Prénationale). Même si elle a d'abord joué en équipe féminine à Saint-Hilaire-de-Loulay, en Pré-région et une phase en Nationale 2, de septembre à décembre 2009.

Repérée à 6 ans par Jérôme Liaigre, Margot est restée fidèle à son club. « Je ne l'ai jamais quitté... Car comme on dit, on ne quitte pas une famille », sourit-elle. Avec des entraînements intensifs au Pôle Espoir de Nantes, puis au Centre Éducatif Nantais pour Sportifs, elle ajoute que :« Ces 3 ans de pôle m'ont permis de progresser plus rapidement ».

À la clé, un titre de vice-championne de France benjamines en 2006 et bien d'autres places d'honneur. Cela aurait pu lui ouvrir des portes en championnat féminin national, mais ce ne fut pas sa décision. « Je prends beaucoup de plaisir à jouer contre les garçons, confie-t-elle. Ils ont des jeux plus francs, comme le mien. Il y a aussi plus d'intensité au niveau physique ou mental. Le duel « fille-garçon » me plaît énormément car les hommes n'ont vraiment pas envie de perdre face à une femme ».

À son avis, le fait de ne pas jouer en championnat féminin ne l'a pas privé de sorties internationales en jeunes. « Les sélectionneurs se basent sur le critérium en Nationale 1, mais pas sur les matches de championnat. En 2010, j'ai tout de même été sélectionnée en équipe de France pour l'Open de France à Vern-sur-Seiche. J'ai aussi été sélectionnée pour des stages nationaux ».

Une aventure en Pro B ou en N1 aurait pu être intéressante. D'ailleurs, Margot avait le niveau pour cela. « J'ai eu plusieurs propositions pour la Pro B, mais ce n'était pas mon objectif,explique-t-elle. J'ai trop de plaisir à jouer en garçons. De plus, mon club a toujours réussi à me faire jouer à un bon niveau pour continuer ma progression ».

Au travers de ses choix, elle a finalement réussi à atteindre son objectif : « Jouer en équipe de France et être dans le groupe des 8 meilleures cadettes et juniors Françaises, précise-t-elle. Depuis, je n'ai pas de frustration. Entre le sport de haut niveau et les études, j'ai choisi de réussir mon objectif professionnel, car il est difficile de vivre du tennis de table féminin. Mon avenir dans le ping se résume à deux mots : plaisir et progression ». La messe est dite.

Actuellement n° 116 Française, Margot espère améliorer son classement et être un exemple. « Je suis quelqu'un de battant et espère améliorer mon classement. J'espère montrer le bon exemple auprès des jeunes ». Un bel objectif malgré tout